Star wars : Le pouvoir de la Force.

Voici enfin entre nos mains le premier titre de star Wars nouvelle generation (mis a part les Lego Star Wars).Mais avant toute chose commencons par expliquer le titre du Soft: Le pouvoir de la Force.

Qu’est-ce que la Force ?
La Force est dans tout et dans chaque être de l’univers. C’est un champ énergétique intangible qui engendre la vie et permet son développement. Son essence maintient la Galaxie en un tout unique et seuls quelques privilégiés peuvent la percevoir, la comprendre et apprendre à l’utiliser. Il s’agit d’une énergie qui baigne l’univers et relie les êtres entre eux par un lien invisible. Certains êtres, qui ont un taux élevé de midi-chloriens dans le sang, ont la faculté de l’utiliser pour acquérir divers pouvoirs, comme influencer les esprits faibles, sentir le danger et même dans une certaine mesure pressentir l’avenir, soulever des objets à distance, générer des éclairs et acquérir une maîtrise parfaite de leur corps qui leur permet de faire des acrobaties. Elle leur permet aussi de contrôler leur force physique. La nature intrinsèque de la Force n’est ni bonne, ni mauvaise, tout dépend de celui qui l’emploie et de la façon dont il s’en sert. Deux aspects opposés de la Force sont développés : le côté lumineux et le côté obscur, qui sont définis par le caractère moral de l’utilisation qui est faite de la Force. Alors que le côté lumineux symbolise la beauté et la bonté de la Force, le côté obscur est alimenté par la peur, la haine, l’agressivité et la malveillance. Ce dernier semble accorder plus de pouvoirs à ses adeptes.


La Force chez les Jedi
Les êtres prédisposés à l’utilisation de la Force sont repérés par l’ordre des chevaliers Jedi, qui se chargent de les former dès leur plus tendre enfance, afin de leur inculquer des valeurs morales pour qu’ils ne tombent pas du côté obscur (« Un Jedi utilise la Force pour la défense et la connaissance, jamais pour l’attaque »). À l’adolescence (précisement à l’âge de onze ans), ils sont pris en charge par un chevalier confirmé et deviennent son Padawan (disciple) ou dans certains cas, s’il ne montre pas assez de maturité et d’intérêt à la Force, l’initié sera placé dans différentes sociétés (type agricole ou autre) afin de servir autrement la république. Toutefois, si l’initié parvient à se faire repérer par un maître, il pourra à son tour devenir chevalier Jedi, puis maître Jedi s’il est devenu assez puissant dans la Force, et suffisamment sage quant à son utilisation (c’est ce manque de sagesse qui empêchera l’accession au rang de maître d’Anakin Skywalker ). Tous ceux qui sont sensibles à la Force et sont en âge de recevoir la formation peuvent être admis au Temple Jedi sur Coruscant. Les jeunes initiés rejoindront un clan d’apprentis pour apprendre la philosophie et le maniement du sabre laser, la seule arme qu’un chevalier Jedi porte sur lui. Les formes de combat au sabre laser, au nombre de sept, nécessitent la maîtrise de la Force car, dans le cas contraire, l’arme pourrait devenir dangereuse pour l’utilisateur. Plusieurs techniques ont été élaborées selon un système de niveaux : I, II, III, IV, selon les prédispositions et la puissance du Jedi dans la Force. Certaines techniques ont même été personnalisées comme le Vaapad, le style du maître Jedi Mace Windu qui nécessite une grande présence dans la Force car très puissante et mortelle pour un non initié mais peut conduire éventuellement au côté obscur.

Le côté obscur de la Force
Maître Yoda – considéré comme l’un des plus puissant chevaliers de toute l’Histoire de l’Ordre Jedi- donne à son jeune apprenti Luke Skywalker la définition du côté obscur de la Force : « La colère, la peur, l’agression forment le côté obscur de la Force ». Le côté obscur de la Force représente le versant pervers de cette dernière. La Force représente la croyance fondamentale de l’Ordre des chevaliers Jedi, il s’agit « d’un fluide créé par tout être vivant, une énergie qui nous entoure et nous pénètre et maintient la galaxie en un tout unique » selon la définition qu’en donne Obi-Wan Kenobi dans l’épisode IV de la saga (Un nouvel espoir).
Le côté obscur de la Force est principalement incarné par les Sith, qui sont à l’origine un peuple conquis ayant basculé dans l’Ombre. Les Sith sont en quelque sorte les doubles nocturnes des chevaliers Jedi, usant du même pouvoir (avec des variantes) ils l’orientent vers des buts radicalement opposés : alors que les Jedi se servent de la Force et de leurs pouvoirs pour le bien-être de la communauté, les Sith ne sont attirés que par leur propre pouvoir et se servent de la Force dans cette quête.
Le sénateur Palpatine (qui n’est autre en réalité que le sombre Seigneur Sith Darth Sidious, un des plus terrifiants de tous) souligne auprès d’Anakin Skywalker cette ambivalence, cette parenté entre Jedi et Sith, bien qu’ils soient pourtant si fondamentalement différents.
Les Sith reçoivent lorsqu’ils embrassent la face sombre de la Force un nom de baptême : lorsqu’Anakin Skywalker bascule dans le côté obscur de la Force, il devient dès lors le redoutable Darth Vader. Le comte Dokku devint après son « adoubemet » le Sith Darth Tyranus. Un autre Sith apparaît dans le commencement de la saga : il s’agit de Darth Maul.
Le côté obscur peut donner des capacités contre nature à ses plus puissants adeptes. D’après Palpatine/Darth Sidious, son maître le Seigneur Sith Darth Plagueis aurait acquis une maîtrise du côté obscur de la Force si grande que son pouvoir pouvait diriger les Midichloriens, et conférer l’immortalité et la jeunesse éternelle. Mais il faut quand même signaler les prouesses de l’Empereur Palpatine qui, après nous avoir étonné dans les films avec ses éclairs, déclenchera sur la planète Byss un autre pouvoir obscur, qui est reconnu comme la plus puissante des attaques de la Force : une tempête de Force, gigantesque tourbillon d’énergie capable de détruire une flotte toute entière.
Autre ambiguïté : bien qu’il soit ardemment combattu par des valeureux héros, le côté obscur apparaît dans Star Wars comme une source de pouvoirs infinie, très séductrice. L’Empereur (Darth Sidious) témoigne de cette puissance absolutiste. On peut aussi penser que c’est le pouvoir du côté obscur qui permit à Vader de survivre à ses terribles blessures (suite à son combat contre Obi-Wan Kenobi).

La Force chez les Sith
Certains disent qu’il y a dans la Force deux côtés, deux parties différentes : le côté obscur (Sith / Jedi noir) et le côté lumineux (Jedi). D’autres disent que ce n’est qu’une question de point de vue, de but.
La race des Sith (pratiquement disparue) utilisait d’une façon primitive mais puissante la Force. Cette utilisation prit le nom de Magie Sith. Cette magie fut bannie par les Jedi qui pensaient qu’elle pervertissait l’esprit et le corps. Nombreux sont ceux qui ont été tentés par ses pouvoirs et provoqués des cataclysmes interplanétaires. Exar Kun par exemple, un jeune Jedi en quête de savoir fut séduit par une telle puissance. Sa pratique de cette magie était telle qu’il était parvenu à transformer tout un peuple (les Massassis, peuple vivant sur la planète Yavin IV) en monstres sanguinaires. Mais ces pratiques avaient un prix : l’esprit sombrait dans une folie meurtrière et le corps se voyait transformé de façon irréversible. D’autres Seigneurs Sith ont parfois commis des abominations pires encore que la mutation des Massassis : Darth Nihilus avait acquis une telle force, qu’il put réduire tout un monde (Katarr, planète du peuple Miraluka) à l’état de désert sans aucune forme de vie pour assouvir sa faim dûe à la pratique intensive du côté obscur de la Force.
De plus, certains peuples tels les sorcières de Dathomir, qui ne se servent que de ce pouvoir, n’ont pas conscience qu’elles usent du côté obscur de la Force. Mais une fois que Luke Skywalker le leur apprend, elles ne l’utilisent plus qu’avec parcimonie.

Le jeu
Star Wars : le Pouvoir de la Force se situe entre les épisodes III et IV juste après l’Ordre 66.L’Ordre 66 était une série d’ordres pour lesquels les troupes de clones de la Grande Armée de la République avaient été secrètement entraînés durant leur formation sur Kamino. L’ordre désignait les Jedi comme des traitres, ennemis de la République, et demandaient leur éxecution immédiate sans aucune question. Cet ordre marqua formellement le début de la Grande Purge des Jedi, qui provoqua le début de la Guerre Galactique Civile.Il fut prononcé par Darth Sidious à la fin de la Guerre des Clones. La raison officielle était que les Jedi s’étaient retournés contre la République. En fait, c’était l’aboutissement d’une série d’évènements orchestrés par Palpatine lui-même durant plusieurs années, tous élaborés dans un seul but : la destruction de l’Ordre Jedi.
Après la mort du Général Grievous des mains d’Obi-Wan Kenobi, les Maîtres Jedi Mace Windu, Kit Fisto, Agen Kolar et Saesee Tiin partirent arrêter le Chancelier Palpatine, avertis par Anakin Skywalker, à qui le seigneur Sith avait révélé sa véritable identité. Fisto, Kolar et Tiin furent rapidement mis hors d’état de nuire par Darth Sidious, mais Mace Windu fut capable de lui faire face, et finalement de le désarmer. C’est à ce moment que Skywalker arriva, témoin du spectacle d’un Chancelier déchu suppliant qu’on lui laisse la vie sauve. Quand il devint évident que Windu allait tuer le veil homme, Skywalker intervint, ce qui donna l’opportunité au Sith de tuer le Maître Jedi. Cette tentative d’arrestation échouée donna à Palpatine les preuves dont il avait besoin pour justifier son ordre. Aux yeux de la galaxie, les Jedi s’étaient tournés contre la République et avaient tenté de le tuer.
Sur plus de 200 planètes, des Jedi furent abattus par leurs propres troupes. Dispersés sur les champs de bataille à travers la galaxie, ils furent pris par surprise, et tués avec facilité. Trois ans de campagnes avaient obscurci la Force, voilant la perception des Jedi. Parce que les clones n’étaient pas mal intentionnés, mais suivaient un ordre légal, ils ne purent ressentir à travers la Force le danger qui arrivait.

"Les Sith se trahissent toujours les uns les autres… Je suis sur que tu l’apprendras bien assez tôt."

Le renversement de la République est terminé. Les forces Séparatistes ont été écrasées, le Conseil Jedi est quasiment décimé et le reste de l’Ordre presque détruit. Maintenant, le pouvoir absolu demeure dans le poing de fer de Darth Sidious – le rusé Seigneur Sith mieux connu comme l’ancien Sénateur, maintenant Empereur, Palpatine. Mais il reste encore à faire. Des poches de résistance dans la galaxie doivent être vaincues et des Jedi disparus… doivent être traités. ces tâches cruciales tombent sous la responsabilité du champion de l’Empereur, Darth Vader. A son tour, le Seigneur Noir a entrainé un mortel apprenti dressé pour une mission top-secrète : parcourir la galaxie et trouver les derniers ennemis de son Maître, ponctuant ainsi la victoire du Coté Obscur avec la chute des Jedi.

Depuis l’enfance, l’agent sans nom de Vader n’a connu que les froids et intéressés principes du Sith. Son passé est un vide, son présent, le fardeau de ses mortels ordres. Mais son futur lui fait signe comme un bijou noir luisant avec la promesse ultime : se tenir aux cotés du seul père qu’il n’a jamais connu, avec la galaxie à leurs pieds. C’est une destinée qu’il ne peut réaliser qu’en relevant le plus grand challenge de son apprentissage : détruire l’Empereur Palpatine.

Le voyage de l’apprenti va l’amener jusqu’aux frontières les plus lointaines de la galaxie, du monde natale des Wookiees de Kashyyyk jusqu’au cimetière d’épaves de Raxus Prime. Dans ses missions, le jeune acolyte Sith va forger une improbable alliance avec un Maître Jedi déchu qui cherche la rédemption et luttera avec des sentiments interdits pour sa belle camarade, Juno Eclipse. Et il sera évalué comme jamais auparavant – par d’écrasantes révélations qui vont frapper en plein cœur de tout ce qu’il croit et qui s’agite en lui depuis longtemps – l’espoir secret de reconquérir son nom… et de changer sa destinée.

C’est là que réside la qualité principale du Pouvoir de la Force : un scénario intéressant, avant tout destiné aux fans, certes, mais qui se suit avec passion et lève le voile sur une période obscure du mythe. Bref, de ce point de vue, le jeu s’en tire haut la main et s’inscrit parmi les meilleurs titres Star Wars. A côté de ce mode scénario assez court (comptez moins de huit heures pour en voir le bout), quelques sympathiques ajouts sont présents.

Le Gameplay
L’histoire commence, un Jedi s’est fait repérer sur Kashyyk, Darth Vader est envoyé sur place… Le texte prend fin, la caméra tombe, une planète occupe l’écran, cernée par des Star Destroyer. Une navette, type Tydirium, sort de l’un d’eux et fonce vers la surface. La passerelle tombe, ce bruit de respiration est familier… Un officier se précipite pour expliquer que malgré les apparences, il maitrise la situation. Vader n’a que faire de lui, sa mission, votre mission, l’attend.
Le pouvoir de la Force se présente avant tout comme un grand beat’em all, un jeu à l’action pure où vous passerez le plus clair de votre temps à suivre un chemin bien défini et à tuer les ennemis sur votre passage.

Les premières impressions sont moyennes, l’ambiance est là mais la caméra dérange, Vader est lent et presque invincible (logique me direz-vous). C’est à la rencontre des premiers Wookies que cela devient drôle, en pressant la gachette droite, grâce à la Force, on peut jouer avec ces pauvres bêtes, qui se débattront, s’accrocheront à ce qu’ils peuvent, mais sans aucun espoir. Par contre l’environnement impressionne, les quadripodes impériaux font le boulot là-bas, pendant que les Tie Fighter chassent les modestes objets volants Wookies et que les des Destroyers survolent le tout, sur fond de Marche Impériale bien évidemment. Du grand spectacle ! Ce premier niveau sert en partie de didacticiel et constitue en fait un vaste laboratoire où le but est d’essayer toutes les touches de la manette afin d’éradiquer toutes formes de vie avoisinantes, les Wookies, vos troupes, la végétation, les constructions… La planète Kashyyk se souviendra de votre passage, c’est sûr.

Ce n’est pas sur le déroulement de l’aventure que le titre se distingue, mais bien sur son gameplay. N’importe quel fanboy sera heureux de pouvoir jouer du sabre et surtout, de maîtriser la Force. Discutons d’abord du sabre, puisque l’arme mythique de la série est ici reléguée au second plan face à la Force. Rien de bien extraordinaire de ce côté là, vous frapperez l’ennemi, le transpercerez de temps en temps mais son utilité s’arrêtera là. Vous pourrez au fil de l’aventure, collecter des cristaux qui vous permettront de changer l’apparence du laser.

L’action est frénétique et connaît peu de répit, bien que tout cela reste politiquement correct, Lucas oblige. Malgré les coups et les lancers de sabre, pas de tête ni de bras découpés. Une fois la mission terminée, on a droit à une autre cinématique et vous voici dans la peau du héros… La première mission consiste à mettre hors de nuire maitre Kota, un Jedi qui a attaquer une fabrique de chasseurs Tie… Place à un vrai didacticiel, afin de découvrir vos pouvoirs pour l’instant limités. Étrangler à distance, projeter au loin, balancer des éclairs, empaler, se protéger d’une boule d’énergie, effectuer des combos au sabre, les coups sont nombreux et plus vous les variez, plus vous gagnez des "points de Force". Autre technique pour gonfler ses points, trouver des bonus souvent dissimulés et remplir des objectifs secondaires cachés, parfois vicieux (congeler 15 ennemis sur Bespin par exemple). Tous ces points servent à "acheter" des compétences et des qualités, un principe intéressant pour personnaliser le héros.

 

Les ennemis vivants sont peu dangereux individuellement, seul leur nombre peut vous poser problème. Mais, si on croise un bipède impérial ou encore un Rancor, les choses se compliquent. L’IA n’est pas des plus convaincantes: les ennemis continuent de se diriger vers vous en tirant, jusqu’à s’arrêter à un mètre et tirer, tirer, tirer… Malgré tout, cela n’est pas flagrant car un ennemi a généralement une durée de vie de 7 à 15 secondes une fois repéré. Sinon, en cas de trop grosse difficulté – je pense notamment aux Rancors – parfois revenir en arrière quelques minutes suffit à ce que la bête vous oublie, et ignore le fait que lui projetiez toutes sortes de choses qui vous passent par la main, à commencer par des pierres énormes!

les graphismes sont plutôt irréguliers. Certaines planètes sont bluffantes (comme le cimetière des droïdes), d’autres moins jolies. La végétation et les décors sont souvent riches, malgré une impression persistance de ne traverser qu’un long couloir, mais un couloir bien décoré. Cela ne se ressent pas sur des vaisseaux ou des stations, mais sur une planète où la végétation est partout, c’est parfois frustrant. Par contre, les effets de lumières sont très convaincants.

Côté jouabilité, l’ensemble se tient, bien que les passages plates-formes peuvent parfois être frustrants. Mention spéciale aux combats, qui avec les ennemis importants (en taille ou en rôle) se terminent toujours par des cinématiques dirigées (Quick Time Events), qui s’intègrent très bien. Côté bande son, inutile de préciser que c’est de haut vol, comme tous les jeux Lucas, sans exceptions. Rien à redire sur les bruitages et pour la musique, les classiques sont là… Le tout rythmé par rapport à l’action.

 
Conclusion

Au final, les défauts sont là, mais que les qualités nombreuses… Malgré mon manque de partialité sur les jeux Star Wars. Bien que les premiers niveaux soient parfois poussifs, l’intensité est croissante et la fin exaltante.

Les joueurs se plairont à découvrir une aventure inédite et apprécieront la qualité de l’histoire et de son background. Que dire aussi du gameplay très accessible, limite confortable, de la maîtrise de la Force extrêmement bien exploitée. Le Pouvoir de la Force est un jeu qui dispose de nombreux bons points, de quelques défauts aussi, mais dans l’ensemble le résultat est satisfaisant. On retiendra surtout la maîtrise de la Force, son utilisation et la capacité du jeu à faire ressentir chez le fan un vrai enthousiasme à recourir à ce pouvoir mythique.

Graphisme 8.0/10
Les environnements et décors du titre ont été particulièrement soignés. On remarquera particulièrement le souci du détail jusqu’aux détritus volants ici et là et même sur les ennemis, eux aussi très diversifiés. Les amateurs apprécieront tant les effets spéciaux que les mimiques des ennemis.

Bande son 7.0/10
Un jeu Star Wars ne pouvait se passer des thèmes issus de la saga. Vous retrouverez donc des musiques qui vous sont familières. Un petit bémol cependant aux répliques de vos ennemis, peu convaincantes dans leur ensemble.

Jouabilité 7.0/10
Très facile à prendre en main, le jeu vous guidera dans vos premiers pas. Vous disposez de la Force, encore faut-il savoir la maitriser. Vous y parviendrez petit à petit et jouirez sans soucis de cette pleine puissance. Et faire voler vos ennemis à travers une pièce vous donne comme une impression d’être le Maître du monde.

Durée de vie 5.0/10
Sans doute l’un des points les plus négatifs du jeu. Si vous êtes un minimum habile, vous passerez très vite les niveaux. Comme les combats ne vous donnant pas plus de mal que cela, vous avancerez relativement vite dans la partie. Prenez le temps d’apprécier…

Note Générale 7.0/10
Voilà un jeu qui rejoindra sans conteste la collection de tous les fans de la série. Le nouveau titre de Lucas Art se montre assez bien réalisé dans son ensemble, le pouvoir de la Force vous donnant véritablement des ailes. On lui reprochera tout de même un côté assez répétitif. Mais on sent à travers ce jeu un certain savoir-faire, faisant de ce titre un jeu d’action plus qu’honnête.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Star wars : Le pouvoir de la Force.

  1. sarah dit :

    Très bon test perso du jeu, tu donne envie de l\’essayai… malgré la faible note sur la durée de vie du jeu. Bonne continuation😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s